Les métiers de la traduction

Accueil » Les métiers de la traduction

 

Les métiers de la traduction
5 (100%) 1 vote

Devenir traducteur demande de suivre certaines études afin de pouvoir accéder à un métier très vaste. En effet, la traduction est un domaine d’activité qui offre de nombreuses opportunités professionnelles pour assurer une carrière enrichissante.

Qu’est-ce qu’un traducteur ?

Traducteur ou traductrice est un terme assez vaste qui regroupe en réalité plusieurs métiers de la traduction. Que ce soit pour une traduction en ligne, ou encore un traducteur Français/Anglais, différents emplois sont proposés.

Il existe tout d’abord le métier de traduction technique qui excelle dans un domaine précis. Le traducteur peut travailler en effet dans le secteur médical, industriel ou encore juridique en traduisant des documents en rapport avec sa branche d’activité. Il possède donc une double compétence puisqu’il doit avoir de bonnes connaissances en technologies de traduction mais aussi dans le domaine dans lequel il exerce.

 

Découvrez nos offres de stage à l’étranger et devenez traducteur !

 

La traduction littéraire se réalise le plus souvent pour une maison d’édition. Le traducteur littéraire signe un contrat relatif à un ouvrage terminé et qu’il doit traduire dans une autre langue afin qu’il puisse être facilement commercialisé. Il est alors considéré comme un auteur et touchera des droits sur les ventes de l’ouvrage qu’il aura traduit.

Le traducteur audiovisuel est en charge du doublage mais aussi de la réalisation des sous-titres de films, documentaires ou encore de séries. De nombreuses contraintes techniques sont liées à son travail et lui aussi reçoit des droits d’auteur.

Le traducteur assermenté travaille dans le secteur juridique et a reçu l’agrément des différentes autorités judiciaires. Il traduit des documents importants qui ont une valeur légale. En anglais, allemand, espagnol, ou même italien, ce traducteur doit pouvoir parler et écrire plusieurs langues étrangères.

Les traducteurs interprètes travaillent généralement dans le secteur du tourisme. Ils accompagnent les visiteurs et mettent en avant un patrimoine historique ou culturel.

Même si très souvent le métier de traducteur est accompli en free lance, il est aussi possible de devenir salarié. En travaillant notamment pour des agences de traduction qui utilisent des outils de traduction divers et variés.

Un traducteur est très utile pour éviter certaines entreprises d’utiliser la traduction automatique pour leurs documents. Cette traduction, bien que rapide et parfois utile, est loin d’offrir de la qualité.

Comment revenir traducteur ?

Un traducteur devra donc se spécialiser dans un domaine pour trouver les études les plus adéquates à réaliser. En prenant en compte sa langue maternelle, il pourra suivre une formation de traducteur ou d’interprète. Ces formations se suivent sur cinq ans et demandent d’avoir obtenir au préalable une licence.

Il est possible à l’étudiant de continuer par la suite ses études en réalisant un MASTER Pro en lettres ou en LEA ou bien en sciences du langage. La majorité des traducteurs poursuit ses études afin d’avoir les meilleurs bagages pour trouver un emploi dans les métiers de la traduction.

Les possibilités d’évolution pour un traducteur

Certains traducteurs aux nombreuses compétences réussissent à percer à l’étranger dans des agences de traduction. Cependant, cela demande un gros travail de prospection et beaucoup de patience pour y parvenir. Il faut savoir que même en possédant un BAC +5 et de nombreuses connaissances en nouvelles technologies, il est difficile de commencer dans ce métier.

Bien souvent, un traducteur devient réviseur. Cela veut dire qu’il relit et corrige les fautes de textes, livres, documents. Parfois, il peut aussi prétendre à un poste de chef de projet dans une grande agence de traduction. Enfin, la profession de terminologue peut aussi être une belle perspective d’évolution professionnelle pour un traducteur qualifié.

Un traducteur débutant touchera un salaire brut de 1 900 euros par mois. Ce salaire peut évoluer au fil des années, que vous soyez auto-entrepreneur ou salarié.

Les demandes de traducteurs professionnels sont de plus en plus nombreuses sur le marché du travail. Même si certains peuvent devenir salariés, bien souvent, les entreprises qui recrutent préfèrent faire affaire avec des indépendants. Si vous désirez donc intégrer une entreprise en tant que salarié, vous pourrez postuler aux organismes internationaux ou encore  les sociétés de production audiovisuelle. Les maisons d’édition sont aussi parfois à la recherche de traducteurs experts spécialisés en littérature.

Devenir traducteur en freelance demande de se constituer un réseau professionnel solide. Vous devrez prendre du temps pour prospecter en envoyer des candidatures spontanées en grand nombre. Il vous faudra être très flexible et vous devrez pouvoir vous adapter à un rythme de travail quelquefois irrégulier. Cela vous demandera un réel investissement et quelques sacrifices pour parvenir à vos fins. Mais, si vous réussissez à vous créer un important réseau, il vous sera possible de vivre de très bien de ce métier très enrichissant et intéressant.

Ce métier s’adresse aux étudiants aimant les langues étrangères mais aussi l’écriture et la littérature. C’est une branche d’activité très variée qui propose différentes offres d’emploi de qualité.